ÉLAGAGE & TAILLES

Les arbres actuels de nos régions sont de loin nos aînés sur terre. Ils sont apparus, pour la plupart, il y a quelques 360 millions d'années (fin du Dévonien). Dans la nature, ils ont la faculté de s'auto-élaguer en fonction des contraintes environnementales et de leurs besoins.

Il est important de savoir dans quel but vous voulez tailler votre arbre.

"Respecter les arbres c'est être capable de reconnaître les situations où la taille est inutile, celles où elle est facultative et celles où au contraire, elle est obligatoire" (Ch. Drénou). Une taille est TOUJOURS traumatisante pour l'arbre.

De nos jours, il est intéressant de bien distinguer les différentes actions d'élagage à entreprendre en fonction de chaque cas rencontré:

  *Elagage des arbres
  *Taille de formation
  *Taille architecturée
  *Taille d'éclaircie
  *Taille d'accompagnement
  *Taille de restructuration
  *Périodes de taille

 

Elagage des arbres:

L'élagage est un terme forestier qui désigne la coupe des branches basses et des fourches accidentelles pour l'obtention d'un tronc droit pour sa vente en scierie.


Taille de formation :

Taille pratiquée sur les jeunes arbres, 3 à 5 ans après leur plantation. Ce type de taille se pratique au sécateur et demande un suivi régulier (une fois tous les deux ans). (Voir des exemples de taille de formation forestière ici)

Le but étant de guider l'arbre vers une forme prédéterminée, il sera possible d'éviter que l'arbre grandissant ne rentre en contrainte avec les obstacles du milieu en place. (Ligne haute tension, lampadaire, corniche,etc.)


Taille architecturée :

Tailles répétées sur des arbres en croissance visant à leur donner une forme spécifique. (Tonnelle, rideau, pyramide, taille japonaise, taille en rideau, fuseau, marquise, etc.).

Taille architecturée sur Quercus robur (chêne pédonculé)
Taille architecturée sur Quercus robur (chêne pédonculé)

Ce type de taille est idéale pour les jardins de petite taille ou les arbres de bord de rue.

Elle demande un suivit annuel pour éviter un développement anarchique des rejets.

Voici quelques essences adaptées pour l'architecture; Tilleul à petites feuilles, Platane commun, Charme commun, noisetier de Byzance, Copalme d'Amérique, Erable champêtre, etc.

Taille en rideau (Place communale WSL)
Belle taille en rideau (Place Tomberg WSL)


Taille d'éclaircie :

Taille pratiquée sur les arbres en croissance ou arrivés à maturité. Elle se réalise à une fréquence de maximum 5 ans entre chaque intervention.

Taille d'éclaircie sur Betula pendula

Cet élagage a pour but de rendre l'arbre transparent à la lumière sans modifier son architecture ni sa corrélation de croissance. (Voir d'autres exemples de taille d'éclaircie ici)

Cette taille consiste en un allégement de la couronne et/ou du houppier en supprimant des branches d'un diamètre maximal de 10 cm et de sélectionner les branches d' « avenir ».


Taille d'accompagnement :

Taille adoptée pour les arbres arrivés au stade maximal de développement.

A ce stade de développement, il est important de ne pas affaiblir l'arbre par des coupes importantes.

Les interventions se feront essentiellement sur les bois morts, les branches déchirées ou cassées et éventuellement on ôtera les branches sans avenir. (Voir un exemple de chantier "bois mort")


Taille de restructuration :

Suite à des interventions abusives du style rabattement, étêtage ou ravalement. Il est possible de retrouver une architecture propre à l'essence.

En d'autres mots, un « porte manteau » peut éventuellement redevenir un arbre (Voir "Tailles radicales" dans les dossiers).

L'intervention se fera 3 à 5 ans maximum après la dernière « taille » afin que nous puissions sélectionner les rejets qui constitueront les futures branches charpentières.

De la même façon qu'une taille de formation, il faudra guider les branches tout les 3 ans.

Il est également possible de s'orienter vers une taille architecturée.

Avec de la patiente et un suivi régulier, les résultats sont saisissants !


Périodes de taille :

Contrairement aux idées préconçues, la taille des arbres d'ornement peut se pratiquer toute l'année *.

De la mi avril à septembre, la plupart des arbres ont leur masse foliaire en place et ont surmonté toutes leurs dépenses d'énergie. Nous n'élaguons pas pendant le débourrement (éclosion des bourgeons).

Un élagage réalisé en été « cicatrisera * »directement. De plus le feuillage restant évitera que les bourgeons latents ne se développent en rejets verticaux par leur exposition brutale au soleil. C'est la saison propice pour tout type de taille.

De fin septembre à février, l'arbre comme la plupart des végétaux sera en état de dormance, ce qui implique qu'il ne compartimentera qu'au printemps prochain. C'est la période idéale pour les tailles d'accompagnement et la taille de sélection des bourgeons chez les arbres fruitiers.

En mars ou en avril (selon les essences) il est fortement déconseillé d'élaguer ses arbres. Les réserves mobilisées pour le débourrement des bourgeons et le développement des feuilles sont importantes.

Couper une branche à cette saison implique la perte immédiate et sans retour de ces réserves.

La compartimentation (cicatrisation) se fera plus lentement et affaiblira d'autant plus l'arbre.

Plaie où coule de la sève
Sève s'écoulant d'une coupe
réalisée lors du débourrement

* Jusqu'à l'apparition de spécialistes des arbres, les tailles se faisaient par les jardiniers qui profitaient de la saison creuse de l'hiver pour élaguer et abattre.

* Le terme correct est la compartimentation